Agriculture

Sous-catégories

Records de chaleur, épisodes de canicule, vagues de sécheresse… alors que les changements climatiques font peser des contraintes fortes sur l’ensemble des usagers de l’eau, cette ressource est surexploitée. Une surconsommation qui met nos milieux naturels en danger : c’est ainsi notre accès à l’eau, qui plus est à une eau de qualité, qui est mis en péril. L’agriculture, qui est le secteur le plus consommateur d’eau, doit donc voir ses modèles évoluer pour s’adapter aux ressources dont les territoires disposent. France Nature Environnement avance quatre propositions pour une gestion quantitative de l’eau en agriculture qui soit juste, adaptée et durable. Ces propositions de bonne gestion auront aussi, si elles sont déployées efficacement, un impact fort sur la qualité des eaux, l’un des grands enjeux de notre époque.

 

Mercredi 2 août, nous aurons consommé l’ensemble de ressources que la planète pourra renouveler durant cette année 2017[1]. Pendant les 5 mois à venir, nous vivrons à crédit. La situation environnementale est grave et l’agriculture doit assumer sa part de responsabilité dans cet échec collectif. Alors que l’intérêt général va dans le sens de la protection des ressources pour une production alimentaire durable, l’argent public, lui, va soutenir, de manière privilégiée, des modèles de production qui dilapident les ressources dont nous aurons besoin dans les décennies à venir. Cette incohérence nous amène dans une impasse… mais pour France Nature Environnement le dépassement n’est pas une fatalité ! Les pouvoirs publics peuvent et doivent changer de cap pour un #MondeVivable.

 

A la veille de l’ouverture des États Généraux de l’alimentation, France Nature Environnement et 43 organisations de la société civile saluent l'initiative d'Emmanuel Macron d'ouvrir le débat sur les questions de l'alimentation et de l'agriculture. Elles rappellent néanmoins que certaines priorités essentielles manquent pour l’instant à l’appel afin d’assurer le succès de cette initiative. Le président de la République doit les prendre en compte et les annoncer dès l’ouverture des États Généraux ce jeudi 20 juillet.

 

Une polémique a éclaté lundi 26 juin. Alors que la loi du 8 aout 2016 a enfin fait entrer l’interdiction des néonicotinoïdes dans la loi, le nouveau Ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a pris ce matin des positions pour le moins inquiétantes quant à la protection des écosystèmes et de la santé humaine. Un arbitrage qui va dans le bon sens.

 

Un vote encourageant vient de se tenir au Parlement européen, ce mercredi 14 juin. La majorité des parlementaires n’a pas approuvé la motion qui visait à poursuivre l’autorisation d’épandage des pesticides sur les surfaces agricoles dédiées à la biodiversité. Bien que nous déplorions le manque de transparence de ce vote, France Nature Environnement salue les 276 députés qui se sont élevés contre cette motion et donc pour la biodiversité. Nous saluons également la mobilisation des citoyens : afin d’interpeller les eurodéputés français et porter une volonté forte de verdissement de la PAC, plus d’un millier de mails d’interpellation ont été envoyés à chaque eurodéputé français. FNE reste mobilisé pour que le verdissement de la Politique Agricole Commune (PAC) devienne, enfin, une réalité.

 

Dans le cadre de l’axe « Améliorer les connaissances et les outils pour demain et encourager la recherche et l’innovation » du plan Écophyto II, les ministères chargés de la transition écologique et de l'agriculture lancent conjointement un appel à projets de recherche et innovation : Protection durable des cultures sans néonicotinoïdes : améliorer l’émergent et ouvrir des perspectives innovantes

 

Tags:

Alors que s’achève la consultation lancée par la Commission européenne sur la future politique agricole commune (PAC) pour 2020, FNE salue la très forte mobilisation des acteurs de la société civile sur ce sujet, au niveau national et européen. Afin de porter un message commun, plus de 300 organisations européennes, dont France Nature Environnement, se sont réunies au sein du collectif « Living Land », pour inscrire les défis environnementaux, sociaux et alimentaires au cœur de la PAC.

 

La directive européenne 2009/28/CE relative à la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables (EnR) a incité les États membres à développer la part de ce type d’énergie dans leur bouquet énergétique. Dans son plan d’action national de 2010, la France s’était fixé un objectif à l’horizon 2020 de 23% d’EnR dans sa consommation finale d’énergie, dont la moitié issue de la biomasse. Cet objectif est conforté par la loi relative à la transition énergétique, promulguée en août 2015, qui porte la part des énergies renouvelables à 32 % de son bouquet énergétique en 2030.

Dans ce cadre, le Ministère en charge de l’Agriculture a confié à FranceAgriMer la mise en place d’un Observatoire National des Ressources en Biomasse (ONRB), ayant pour objectif principal le recensement et l’estimation des ressources et des usages. L’actuelle synthèse de l’ONRB est disponible sur le site internet de FranceAgriMer.

Une trentaine de personne a participé à la soirée organisée le 29 mars à Moulins par la Fédération de la Région Auvergne pour la Nature et l’Environnement (FRANE), la Fédération Allier Nature (FAN) et Générations Futures.

En introduction, Jacques DEBEAUD (Président de la FAN) a rappelé l’importance de l’action des associations en matière de défense de l’environnement, en particulier sur le sujet des pesticides, avec la FRANE qui fête ses 35 ans.

Gérard MATICHARD, soulignait le long chemin parsemé d’embuches parcouru par Génération Futures, dont l’action concerne exclusivement les pesticides ; 2017 voyant la 12ème édition ce cette semaine pour les alternatives…

 

Aujourd’hui, France Nature Environnement et INTERBEV accompagnent le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors de la visite de l’élevage de Bruno Dufayet dans le Cantal. Ce déplacement s’inscrit dans la continuité de trois ans de concertation entre l’Interprofession Bovine (INTERBEV) et 4 ONG environnementales, FNH, GreenCross, WWF et FNE.

 

La DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes lance la première session 2017 d'appel à projets pour la reconnaissance en tant que GIEE (Groupement d'Intérêt Économique et Environnemental).

Les informations et modalités de candidature à cet appel à projets sont consultables sur le site Internet de la DRAAF.

Les dossiers sont à déposer au plus tard le 15 avril 2017.

 

Tags:
  1. Désignation et délimitation nouvelles des zones vulnérables à la pollution par les nitrates d’origine agricole dans le bassin Loire Bretagne – 281 communes en Auvergne
  2. STOP Glyphosate: signons la pétition pour un futur libre de pesticides toxiques
  3. Pesticide : vendre coûte que coûte !
  4. Pesticides: 3 février 2017, dernier délai avant que les riverains ne soient totalement oubliés
  5. Le plan Agroécologie du Ministère vu par la FRANE: notre position
  6. L'agroécologie a son cours en ligne (MOOC)
  7. Newsletter People4soil
  8. Positions et propositions sur le Schéma Régional Biomasse (SRB).
  9. Agro-écologie : la sociéte civile representée au CESE dit oui !
  10. 5 clips gratuits pour sensibiliser et informer les particuliers sur la réduction des produits phytosanitaires.
  11. Tous mobilisés pour demander aux ministres de tenir les pesticides loin des riverains
  12. Va-t-on continuer à asperger les riverains des verges, vignes et autres champs?
  13. Le sol et l'Homme
  14. Les avatars de l'élevage laitier - causes et perspectives
  15. FNE: La PAC sera verte ou ne sera pas!
  16. Une agriculture sans néonicotinoïdes, c'est possible
  17. Le Conseil d’Etat annule la DUP de la ligne à grande vitesse Limoges-Poitiers
  18. Evolution des données agricoles en Auvergne: quelques chiffres pour y voir plus clair
  19. L'Atlas de la France toxique
  20. Bruxelles doit enterrer le glyphosate!
  21. Des nouveaux OGM bientôt autorisés ?
  22. Ecophyto AuRA: entre échecs et succès, un nouvel appel à projets à venir
  23. L'invasion des rats taupiers en Auvergne : où en est-on ?
  24. Nouveaux OGM : 7 associations de la société civile claquent la porte du haut conseil des biotechnologies
  25. Nouvelle PAC 2015-2020: du verdissement au greenwashing
  26. Nourritures d'ici d'ailleurs « L'alimentation locale, un projet des industriels, des paysans ou des territoires ? »
  27. Pesticides: Le ministre doit réagir face aux résistances des conservatismes et des égoïsmes
  28. Agriculture biologique : il faut sécuriser les financements !
  29. Elevage : les trois pistes à suivre pour sortir de la crise
  30. Quelle agriculture pour demain? Bases, enjeux et solutions

Inscription Newsletter

ECUREUIL.png

Se connecter