Interpellation du Président de la République quant à sa rencontre avec le Président de la Fédération nationale des chasseurs

Imprimer

Jeudi 27 octobre, François Hollande recevra Willy Schraen le président des la toute puissante fédération Nationale des chasseurs. Cela dans une très grande discrétion. A moins que… nous l'interpellions et nous diffusions rapidement ce message.

Cela fait des semaines que les chasseurs, par l’intermède de leur lobbyiste Thierry Coste, travaillent à ce rendez-vous. Déjà lors de la campagne électorale de 2012, Coste avait organisé une rencontre entre Hollande, son équipe de Campagne et Baudin, le président de la Fédé des chasseurs de l’époque.  Cette rencontre avait beaucoup rapporté aux chasseurs, et couté très chère à la nature : c’est qu’entre autre chose là cette occasion que François Hollande avait promis aux chasseurs que l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) resterait aux mains des chasseurs quoiqu’il arrive. Et il a tenu promesse en refusant que l’ONCFS n’intègre l’Agence Nationale de la Biodiversité.

 

Aussi, ce rendez-vous, des plus discrets, entre le Président de la République, le patron de la chasse française et son staff est à prendre très au sérieux.

 

D’après les indiscrétions qui ont filtré jusqu’à nous, le patron des chasseurs souhaite s’entretenir avec le Président de la république au sujet :

 -          De la chasse au loup (il veut des allègements de procédure pour les tirs de loups) !!!

-          De la simplification du permis de chasser…

-          De nouvelles mesures pour chasser l’oie au mois de février (elle est interdite a partir du 31 janvier et fait l’objet d’une bagarre devant les tribunaux depuis des années.

-          Et de pas mal d’autres choses du même acabit…

C’est pourquoi nous vous proposons d’écrire à la présidence de la République en utilisant le formulaire internet  http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/  , pour lui faire part de votre mécontentement .

Nous vous recommandons d’être courtois (sinon le mel est détruit) mais ferme.

 1)      De faire part de votre étonnement quant à ce rendez-vous très discret, alors que le président de la République ne reçoit pas les présidents des grandes associations de protection de la nature et de protection animale

2)      De vos attentes en matière de chasse (interdiction de la chasse le dimanche, raccourcissement des périodes de chasse, abolition de la chasse…)

3)      De vos attentes en matière de protection de la nature et de protection animale.

4)      Ne pas hésiter à préciser que de ces positionnements dépendra votre vote lors des prochaines élections présidentielles et législatives !

Nous devons être très nombreux à interpeller le Président de la République. Aussi, écrivez, mais faites également suivre ce message à vos proches et amis.

Pierre ATHANAZE - Président d'ACTION NATURE Rewilding France - 20 Chemin de la Tour 69320 Feyzin tel: 06 08 18 54 55 www.actionnaturerf.jimdo.com

 


La contribution de la FRANE :

"Monsieur le Président de la République,

 

Je vous écris en tant que Vice-président de la FRANE, fédération membre de FNE pour les quatre départements auvergnats.

 

Vous recevez demain monsieur le Président de la fédération nationale des chasseurs, il nous serait agréable qu'un tel accueil soit réservé de même aux présidents des grandes associations de protection de la nature et de l'environnement. Nous constatons, c'est au moins flagrant dans notre région administrative, que nous sommes dans une période où les chasseurs sont flattés et considérés toujours plus comme protecteurs de la nature. Or nous souhaiterions pouvoir les considérer comme tels, en partenaires.

C'est ce qui se passent avec les fédérations de pêcheurs, nous trouvons régulièrement des points de convergence, nous nous complétons souvent. Au contraire, les prises de position des fédérations de chasse -par exemple, le maintien de leurs exigences de permis de chasser davantage les migrateurs tels que les oies-, leur refus de tout dialogue -par exemple pour ce qui est du dimanche sans chasse-, leurs dénis d’évidences écologiques -par exemple, le rôle du renard dans la lutte contre le campagnol terrestre-, vont à l'encontre de ces objectifs.

 

Les exemples contraires, allant dans le sens que nous souhaitons d'une ouverture et d'attitudes responsables existent et nous permettent de rester optimistes, mais hélas, nous les trouvons dans d'autres états de l'Union Européenne.

 

En confortant par une oreille par trop attentive la fédération française, Monsieur le Président, nous craignons que la situation actuelle ne perdure ou ne s’aggrave.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de nos salutations respectueuses et dévouées.

Pour le Président de la FRANE,

Jacques Debeaud, Vice Président de la FRANE."