Méga entrepôts, maxi babords et giga risques

Internet a fait émerger de nouveaux modes de consommation : en quelques clics et à toute heure, on peut désormais comparer les prix, trouver la perle rare et la commander. Quelques jours plus tard (et parfois quelques heures), notre précieux est dans notre boite aux lettres. Si internet a permis de faire émerger des modes de consommation alternatifs tels que la location de vêtements, l’achat de paniers alimentaires de proximité, la mise en relation des particuliers pour partager outils et véhicules, revendre leurs objets… il change radicalement notre rapport à la consommation. Derrière cette simplicité apparente, un maillage de routes, de voies ferrées et d’entrepôts de stockage. Ces derniers, de plus en plus gros et de plus en plus nombreux, se développent aux portes des villes. Créateur de croissance économique, le secteur de la vente en ligne est en pleine expansion : l’Etat se met donc en quatre pour faciliter son implantation en France, et s’est ainsi doté d’une stratégie nationale « France Logistique 2025 ». L’objectif ? « Faire de la plateforme France une référence mondiale ». Mais lorsqu’on lève le voile, la réalité est moins fantastique que ce qu’on nous laisse croire.

 

L’impact environnemental du boom de ces « méga-entrepôts » est considérable : artificialisation des sols à outrance, accaparement de terres arables, hausse de la pollution de l’air… Mais au-delà de la problématique environnementale, c’est également la sécurité des populations locales qui est en jeu. France Nature Environnement dénonce un abaissement inquiétant de la sécurité des sites, qui a pour seul objectif de faciliter leur implantation.

 

Retrouvez le dossier complet:

 

Inscription Newsletter

captcha 
herisson.png

Se connecter