En Auvergne

Sous-catégories

"Rencontré mardi après-midi 22 octobre en marge de la manifestation agricole organisée à Clermont-Ferrand par la FNSEA et les JA, David Chauve, président de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, fait le point sur la situation de la profession. Et ne cache pas ses inquiétudes."

 

Du 9 septembre au 1er octobre, le gourvernement proposait une consultation publique sur un projet de décret et un projet d’arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation. 

 

Réponse de la FRANE : 

 

La réponse de la FRANE à la consultation publique sur un projet de décret et un projet d’arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation est la suivante, certaines associations comme le CEN Auvergne, membres de la FRANE, estiment que la consultation n’a pas lieu d’être. Elles apporteront leur propre réponse.

 

La Fédération de la Région Auvergne pour la Nature et l’Environnement (FRANE), affiliée à France Nature Environnement (FNE) milite pour une sortie des pesticides la plus rapide possible. Les pesticides sont un important enjeux de santé publique. Ils sont responsables de maladies (chez les agriculteurs mais également les riverains), et participent fortement à l’effondrement de la biodiversité animale et végétale.

 

Pour protéger au mieux les riverains et les agriculteurs, il est primordial de stopper l’utilisation de produits phytopharmaceutiques et s’orienter vers une agriculture agroécologique respectueuse de la nature et de l’Homme. En effet, la mise en place de méthodes agronomiques adaptées rendra à terme l’utilisation de pesticides inutile.

 

Pour cela, il est nécessaire que le gouvernement se donne les moyens d’accompagner les agriculteurs vers la transition agroécologique. Il est nécessaire de former les futurs agriculteurs vers des pratiques plus respectueuses de la nature et du vivant, éloignées de l’industrialisation productiviste et chimique de notre modèle agricole actuel.

 

Actuellement, le gouvernement nous interroge sur le nouveau dispositif de protection des riverains vis-à-vis de l’utilisation des produits phytosanitaires. Les propositions faites par le Gouvernement sont fondées uniquement sur l’avis de l’ANSES qui préconise des distances que nous jugeons inacceptables. Elles ne sont pas suffisantes. Les pesticides sont pourtant responsables de cancers et maladies neurologiques. Du fait de leur dangerosité, leur utilisation devrait être accompagné de mesures exemplaires : bien au-delà des 3 à 10 mètres de distance proposés entre les épandages et les habitations.

 

La proposition du gouvernement qui consiste à rédiger des chartes départementales issues d’une concertation entre riverains et agriculteurs n’est pas envisageable. Les riverains et les agriculteurs méritent des mesures égalitaires qui les protègent. Le droit d’être protégé de ces substances dangereuses doit être le même peu importe où l’on vit. Ces chartes ne seraient pas suffisamment contraignantes, elles ne seraient pas basées sur des études scientifiques et pourraient être différentes entre les territoires et au sein d’un même territoire.

 

La FRANE préconise une évolution des pratiques, par :

  • De l’aide technique et matérielle pour les agriculteurs ;
  • Une réorganisation de production et des territoires de production ;
  • Une charte nationale contraignante et obligatoire, accompagnée de contrôles et de sanctions en cas de non-respect des règles ;
  • La mise en place d’une distance minimum de 150 mètres entre les cultures traitées et les habitations, zones d’activités, écoles, zones naturelles… accompagnée de dispositifs de protections supplémentaires comme les haies… Ce ne doit pas être une autorisation pour des pratiques plus destructrices au-delà de ces distances…
  • La mise en place d’accompagnement des agriculteurs vers la transition agroécologique nous permettant de sortir des pesticides à court terme

 

Dimanche en politique en régions : Une agriculture sans eau en Auvergne ?

L'été 2019 a fragilisé l'agriculture en Auvergne. Comment gérer les ressources en eau ? Doit-on changer de modèle de production ? Agriculteurs et défenseurs de l'environnement en débattent sur le plateau.... Marc Saumureau, président de la FRANE et pilote du réseau eau national était interrogé.

 

"Le maire LREM de la commune voisine de Clermont-Ferrand déposera son arrêté lundi 2 septembre à la préfecture du Puy-de-Dôme.

Par solidarité avec le maire écologiste de Langouët (Bretagne), Daniel Cueff,  qui a pris un arrêté municipal anti-pesticides, suspendu par la justice, le maire de Ceyrat Laurent Masselot (LREM) déposera lundi 2 septembre en préfecture un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans sa commune."

 

 La Foire Pollen de Sermentizon

 

Ces 4 et 5 mai, le paisible village vigneron de Blanzat (Puy-de-Dôme) s’animera de l’un des plus importants rendez-vous « éco-bio » de la région. La 13e foire Pollen propose deux jours de rencontres, conférences, produits et ateliers.

 

Porcherie industrielles de Barrais-Bussolles

Ferme usine

 

Rappel des faits :

Il y a plus de 20 ans, un projet concernant les bâtiments actuels, d'une capacité de 6 724 places, avait été stoppé par une forte mobilisation et des recours administratifs : autorisation d'exploiter et permis de construire annulés. Le site, racheté en 2005, est à nouveau exploité depuis 2016. Le nouvel exploitant, MCP Elevage, a déposé en septembre 2018 un dossier afin d'étendre la capacité des installations : 1 944 porcs à l'engraissement et 4 340 porcelets en post-sevrage sont prévus. Il s'agit d'un élevage sur caillebotis.

 

 

---- Communiqué de presse du C.O.P.I.B.B. ----

 

 

Le Collectif des Opposants à la Porcherie Industrielle de Barrais-Bussolles (C.O.P.I.B.B) reste mobilisé pour faire barrage au sinistre projet de réouverture de la porcherie industrielle de Barrais-Bussolles, près de Lapalisse, dans l’est de l’Allier.
Leur première réunion a eu lieu le 7 décembre.

« France Nature Environnement Allier a constitué le Collectif des Opposants à la Porcherie Industrielle de Barrais – Bussolles. C.O.P.I.B.B, avec d’autres structures fermement décidées à faire barrage au sinistre projet de réouverture de la porcherie industrielle de Barrais-Bussolles, près de Lapalisse, dans l’est de l’Allier. »

 

 

En 2017, l’agence de l’eau a mené une étude pour mieux connaitre les actions de réduction des transferts de pollution réalisées dans le bassin Loire-Bretagne. Dans le cadre de son programme d’intervention, elle fait de la réduction des transferts de pollutions un axe fort pour lutter contre les pollutions diffuses agricoles.

 

La DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes lance la seconde session 2018 d'appel à projets pour la reconnaissance de collectifs agricoles en transition agro-écologique en tant que GIEE (Groupement d'Intérêt Économique et Environnemental.

Les informations et modalités de candidature à cet appel à projets sont consultables sur le site Internet de la DRAAF.

Les dossiers sont à déposer au plus tard le 31 août 2018.

 

Informations complémentaires :

 

  1. Consultation publique: Programme d'actions régional Nitrates d'origine agricole en Auvergne-Rhône-Alpes
  2. La DRAAF lance la première session 2018 d'AAP reconnaissance GIEE
  3. Donnez votre avis (43): Projet d’extension d’un élevage porcin.
  4. EGA en région : nos associations écrivent au Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation
  5. La Montagne - Glyphosate : que faut-il savoir sur cet herbicide en Auvergne ?
  6. Retour sur le sondage FRANE-FRAPNA sur l'Alimentation
  7. Programme d’actions régional contre la pollution par les nitrates d’origine agricole : prolongation de la concertation préalable à son élaboration et avis de la FRANE
  8. Enquête FRANE-FRAPNA: vos propositions pour une nouvelle alimentation et un modèle agricole durable
  9. Le glyphosate en Auvergne
  10. Projet d’élevage hors-sol de volailles à Bressolles (Allier) : il y a urgence à développer des alternatives ! Communiqué FAN du 19 septembre 2017
  11. Projection-débat à Moulins: "la mort est dans le pré" appelle au questionnement
  12. Première session 2017 d'appel à projets pour la reconnaissance en tant que GIEE en Auvergne-Rhône-Alpes
  13. Désignation et délimitation nouvelles des zones vulnérables à la pollution par les nitrates d’origine agricole dans le bassin Loire Bretagne – 281 communes en Auvergne
  14. Le plan Agroécologie du Ministère vu par la FRANE: notre position
  15. Positions et propositions sur le Schéma Régional Biomasse (SRB).
  16. 5 clips gratuits pour sensibiliser et informer les particuliers sur la réduction des produits phytosanitaires.
  17. Le sol et l'Homme
  18. Le Conseil d’Etat annule la DUP de la ligne à grande vitesse Limoges-Poitiers
  19. Evolution des données agricoles en Auvergne: quelques chiffres pour y voir plus clair
  20. L'Atlas de la France toxique
  21. Ecophyto AuRA: entre échecs et succès, un nouvel appel à projets à venir
  22. L'invasion des rats taupiers en Auvergne : où en est-on ?
  23. Nourritures d'ici d'ailleurs « L'alimentation locale, un projet des industriels, des paysans ou des territoires ? »
  24. Quelle agriculture pour demain? Bases, enjeux et solutions
  25. De nouveaux supports et références sur la transition à l'agroécologie en Auvergne
  26. FRANE et FRAPNA autour de l'Agroécologie: retour sur la formation à Vienne
  27. Elections régionales 2015 : nos propositions "Agriculture"
  28. Panique dans l’agriculture : le système actuel ne peut plus durer !
  29. Pesticides et agriculture
  30. Plan Ecophyto en Auvergne

Inscription Newsletter

captcha 
herisson.png

Se connecter