National et International

Le retour du loup est une bonne nouvelle pour la biodiversité, mais il suscite aussi la crainte des éleveurs dont les troupeaux sont de plus en plus attaqués. Pour rendre à nouveau possible la cohabitation entre les loups et les éleveurs, le ministre Nicolas Hulot présente sa vision basée sur le dialogue entre toutes les parties prenantes et la coconstruction. Un message argumenté sur la stratégie mise en place avec l'espoir d'apaiser les réactions passionnelles.

Victoire partielle pour France Nature Environnement et Humanité et Biodiversité : le Conseil d’État vient de rendre sa décision sur l’arrêté de classement des espèces « nuisibles », contre lequel les deux associations avaient déposé un recours commun. L’arrêté, considéré comme abusif, est ainsi annulé pour la pie, la fouine, la corneille et la belette dans plusieurs régions. Une bonne nouvelle pour la biodiversité, car toutes les espèces ont leur rôle à jouer dans les écosystèmes et certaines sont de précieux auxiliaires de l’agriculture.

Cet arrêté, pris en 2015 par le ministre de l’écologie, concerne une dizaine d’espèces (mammifères et oiseaux) et autorise leur destruction par piégeage ou par tir dans certains départements ou certaines communes. Le Conseil d’Etat a jugé que ce classement n’était pas justifié dans une quinzaine de cas et il a annulé l’arrêté en ce qui concerne :

  • la pie dans l’Aube, l’Aude, la Haute-Loire, la Meurthe-et-Moselle, la Nièvre, les Hautes-Pyrénées, le Haut-Rhin et le Var,
  • la fouine dans la Marne et la Savoie,
  • la corneille et le corbeau freux dans la Haute-Loire,
  • l’étourneau dans la Haute-Vienne,
  • la belette dans la Moselle.

La décision du Conseil d’État est applicable dès sa publication : ces espèces ne peuvent donc plus être piégées ni détruites dans ces départements, sans qu’une modification de l’arrêté ministériel soit nécessaire.

 

« Nuisible » : une notion incompatible avec la réalité des écosystèmes

 

France Nature Environnement et Humanité et Biodiversité se félicitent de cette décision, qui sanctionne des classements abusifs. Le concept de « nuisible » n’a pas de sens en biologie, car toutes ces espèces jouent un rôle utile dans les écosystèmes. En particulier, les petits prédateurs (fouine, martre et belette) sont des auxiliaires précieux de l’agriculture car ils contribuent à réguler les populations de rongeurs. Ceci est désormais reconnu dans le code de l’environnement, puisque la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a banni le terme « nuisibles » au profit de « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts ».

Au-delà de cette décision du Conseil d’État et du changement de vocabulaire, c’est l’ensemble de la réglementation sur les « nuisibles », concept périmé, qui devrait être revue pour prendre en compte les réalités biologiques et privilégier les méthodes préventives, afin de mettre un terme aux destructions injustifiées de dizaines de milliers d’animaux sauvages chaque année. France Nature Environnement et Humanité et Biodiversité poursuivront leurs actions de plaidoyer auprès du ministère en faveur d’une modernisation de cette réglementation.

À l’occasion de la journée mondiale des océans, France Nature Environnement, Surfrider Foundation Europe et l’Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable alertent sur l'urgence de protéger la biodiversité marine, menacée par les dégradations croissantes de l’environnement. Les océans jouent un rôle déterminant dans la régulation du climat mondial, mais ce rôle de régulateur est perturbé par le réchauffement planétaire. La France doit donc porter un message d’ambition de conservation des océans et de la mer au niveau mondial.

 

Alors que l’on célèbre aujourd’hui la journée internationale de la biodiversité, l’Observatoire national pour la biodiversité vient de publier ses indicateurs 2017. Un bilan inquiétant qui pousse France Nature Environnement à alerter sur le manque d’ambition des politiques de biodiversité en France et la nécessité de relancer la dynamique Natura 2000 à l’échelle européenne.

 

Les sols nous rendent des services précieux : filtration de  l’eau ; abri pour 25 % de la biodiversité mondiale... Mais surtout 70 % des antibiotiques sont issus de microorganismes découverts dans le sol et 95 % de notre alimentation provient de ce milieu vivant. Ainsi préserver des sols sains c’est nous préserver nous-mêmes.

Pourtant aujourd’hui, le sol en tant que milieu naturel ne bénéficie pas d’une protection juridique nationale ou européenne, contrairement à l’eau et l’air.
 

Chers représentants des médias, chers représentants d’organisations et d’institutions,

 

Le Vulcain Vanessa atalanta est un papillon migrateur colonisant le nord de l’Europe chaque année depuis le sud. En automne, la génération alors engendrée par ces arrivées printanières migre à son tour en direction du sud. Notre groupe de recherche à l’Université de Berne en Suisse a lancé un projet visant à mieux comprendre les mouvements et l’occurrence du Vulcain à l’échelle continentale, à l’aide de la science participative.

Alors que la chasse des oiseaux d’eau ferme le 31 janvier, la ministre de l’environnement Ségolène Royal, cédant aux demandes du monde cynégétique, a annoncé publiquement qu’elle donnerait des consignes pour que la chasse illégale des oies ne soit pas verbalisée avant le 10 février. Puis, la Fédération Nationale des Chasseurs – dont une des missions est de contribuer à la conservation de la biodiversité ! – a annoncé le 26 janvier dans un communiqué de presse que cette tolérance envers les braconniers serait prolongée jusqu’au 12 février, à la demande du président de la Fédération.

Cher-e-s Ami-e-s,

 

Le ministère de l'Écologie a ouvert jusqu'au 21 février 2017, la consultation électronique du public concernant deux projets d'arrêtés permettant le tir de 4 loups supplémentaires (2+2), portant ainsi le plafond maximal de prélèvement, de 36 à 40 loups d'ici le 30 juin 2017.

Selon l’arrêté du 5 juillet 2016 , 36 loups pouvaient être détruits, et à partir du 32ème abattu, seuls étaient autorisés les tirs de défense. Sauf que les tirs de loup n’ont pas été réservés qu’aux situations de prédation les plus critiques, et donc le plafond maximal de 33 loups était déjà atteint avant même la fin de l’année 2016.

Aussi, pour tenir jusqu’au 30 juin 2017, le ministère souhaite faire passer de 36 à 40 loups le nombre de loups pouvant être tués.

Alors que la chasse des oiseaux d’eau ferme le 31 janvier, la ministre de l’environnement Ségolène Royal, cédant aux demandes du monde cynégétique, a annoncé publiquement qu’elle donnerait des consignes pour que la chasse illégale des oies ne soit pas verbalisée avant le 10 février. Puis, la Fédération Nationale des Chasseurs – dont une des missions est de contribuer à la conservation de la biodiversité ! – a annoncé le 26 janvier dans un communiqué de presse que cette tolérance envers les braconniers serait prolongée jusqu’au 12 février, à la demande du président de la Fédération.

Créée le 1er janvier 2017, l’Agence française pour la biodiversité a tenu son premier Conseil d’administration ce jeudi 19 janvier 2017. Moment fort pour cette Agence que nos associations ont contribué à initier dès les années 2007-8 dans le cadre du « Grenelle de l’environnement ». Première étape également d’une longue route de travail (et de résistance à des forces contraires) pour amplifier les actions en faveur de la biodiversité.

Deux anciens responsables de la fédération départementale des chasseurs de Haute-Saône, deux techniciens et trois apprentis ont comparu les 6 et 7 octobre dernier au tribunal correctionnel de Vesoul. Ils étaient jugés pour avoir tué plus d’une centaine de spécimens d’espèces protégées entre 2010 et 2013 sur le territoire de la commune de Noroy-le-Bourg. Le Tribunal a condamné les deux dirigeants le 1er décembre 2016 à un an de prison ferme et 5 000 euros d’amende. Les autres prévenus sont condamnés à des peines plus légères allant de quatre à douze mois de prison avec sursis.

 

  1. Etat des lieux : Rapport Planète vivante 2016 du WWF
  2. Les écrevisses invasives bouleversent l’horloge écologique des plans d’eau
  3. FNE entre dans le Collectif National des Sciences Participatives - Biodiversité !
  4. MOOC Botanique ... un nouvel outil d'apprentissage
  5. Le renard et le blaireau, deux animaux mal aimés à réhabiliter
  6. Grenouilles et tapage nocturne
  7. Projet de loi pour la reconquête de la biodiversité de la nature et des paysages
  8. Prix Natura 2000
  9. Mobilisation contre la chasse au loup du 16 janvier à Lyon : un succès
  10. Pétition : Bayer, retirez vos pesticides néonicotinoïdes du marché ! - La FRANE soutient
  11. FNE : Note de positionnement fédéral sur le loup
  12. Contre les agressions et intimidations à l'encontre des défenseurs de la nature !
  13. Bouquetins du Bargy : le juge conforte la solution expéditive du Préfet
  14. Abattages massifs des bouquetins du Bargy : le réseau FRAPNA et FNE se mobilisent
  15. PETITION : mettons fin au massacre illégal des oiseaux familiers
  16. L'Observatoire des Vers Luisants
  17. Nouveaux arrêtés ministériels pour détruire des loups : la coexistence intelligente nécessiterait autre chose que de la démagogie…
  18. Inventons l'éclairage du XXI siècle
  19. « NATURE ALERTE » : MOBILISATION POUR LA BIODIVERSITE EUROPEENNE
  20. Les abeilles méritent mieux qu’un bord de route
  21. Pétition : Non aux chasseurs dans les écoles
  22. Loi Biodiversité : aller encore plus loin !
  23. Projet de loi de simplification de la vie des entreprises: quand "simplifier" devient l'excuse pour déréglementer
  24. Honte pour la France
  25. Le Conseil d’État annule le classement de certaines espèces « nuisibles»
  26. La biodiversité vaut bien une loi
  27. Trame verte et bleue : le dispositif national enfin complété
  28. Biodiversité : Quand passe-t-on à l'action pour inverser une aussi mauvaise tendance ?

Inscription Newsletter

Mascotte_coeur.png

Se connecter